Point de presse de la MINUSMA du 14 octobre 2021

14 octobre 2021

Point de presse de la MINUSMA du 14 octobre 2021

POINT DE PRESSE DE LA MINUSMA

14 octobre

 

Porte-parole : Olivier Salgado

 

Bienvenue chers confrères, bienvenue à toutes et à tous au point presse de la MINUSMA et merci pour votre participation. Bonjour également aux auditeurs et auditrices de Mikado FM qui nous écoutent et merci pour votre fidélité.

 

Activités de la haute direction de la MINUSMA 

 

Rencontre avec le Chef des opérations interarmées suédoises

 

Le 30 septembre, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali (RSSG), Chef de la MINUSMA, M. El Ghassim WANE a rencontré le Chef des opérations interarmées suédoises, le lieutenant-général, Michael CLAESSON Une occasion au cours de laquelle le RSSG a salué le travail accompli par le Commandant de la Force (FC) sortant, le lieutenant-général, Dennis GYLLENSPORRE, ainsi que la contribution de la Suède à la MINUSMA.

 

Passation de consignes à la tête de la Force de la MINUSMA

 

Le 1er octobre, s’est déroulée la passation de consignes à la tête de la Force de la MINUSMA entre le Général, Dennis GYLLENSPORRE et son adjoint, Paul NDIAYE, qui assurera l’intérim avant la désignation du nouveau Commandant de la Force. Le RSSG WANE a renouvelé sa confiance au Commandant de la Force par intérim.

 

Consultations mensuelles entre la MINUSMA et les organisations faîtières de la société civile nationale

 

Le 4 octobre, s’est tenue la réunion mensuelle d'échange et de consultation entre la MINUSMA et les représentants des organisations de la société civile (OSC). Le Chef de la MINUSMA a rappelé que la situation socio-sécuritaire, y compris la fermeture des écoles dans les régions du nord et du centre, demeurait une préoccupation majeure. Il a réitéré l'engagement de la Mission auprès de toutes les parties pour faire avancer la mise en œuvre de l'Accord de paix, notamment l'accélération du processus de DDR, les réformes politiques et institutionnelles et le développement socio-économique des régions du Nord. En ce qui concerne le processus de transition politique, le RSSG M. WANE a signifié que la MINUSMA est en contact avec tous les acteurs clés, notamment les autorités maliennes et les acteurs politiques.

 

La 45e session du Comité de suivi de l'Accord (CSA)

 

Le 5 octobre, la 45e session du Comité de suivi de l'Accord (CSA) a eu lieu au siège de la MINUSMA à Bamako pour évaluer les progrès de la mise en œuvre de l'Accord de paix. La Médiation internationale a insisté sur l'importance d'achever la prochaine phase du DDR accéléré (DDR-A) afin d'atteindre le seuil de 3 000 ex-combattants intégrés. Le RSSG a réitéré la disponibilité de la MINUSMA à aider à la finalisation du processus (DDR-A) et a appelé toutes les parties à contribuer à la réalisation de cet objectif. « La session s’est conclue sur une note très encourageante. Il existe maintenant de réelles perspectives d’avancées sur la question cruciale du DDR, ainsi que sur d’autres questions liées au processus de paix » a affirmé le RSSG WANE.

 

Visite

 

Le 7 octobre, le Général El Hadji Daouda NIANG, Inspecteur général de l'armée sénégalaise a été reçu par le Chef de la MINUSMA, l’occasion pour M. WANE de saluer l'engagement et le professionnalisme des soldats de la paix du Sénégal et l'excellent travail du Général Paul NDIAYE qui assure l’intérim de la Force de la Mission. Il s’est rendu par la suite à Gao, où il a été reçu par le Chef du bureau régional de la MINUSMA, Mohamed El-Amine SOUEF.

 

Point de situation sur la pandémie du Covid-19

 

Point de situation de la MINUSMA

 

La MINUSMA compte cette semaine 4 cas positifs actifs au Mali. Nous restons vigilants et poursuivons nos efforts pour empêcher la propagation du virus dans le pays.

 

Communiqué :

 

Comme vous l’avez sans doute appris hier, dans un communiqué, la MINUSMA exprime ses vives préoccupations concernant un cas d’amputation de la main droite d’une personne accusée d’avoir dérobé du bétail dans la commune de Bourra, cercle d'Ansongo, dans la région de Gao.

L’intéressé est actuellement suivi sur le plan médical par l’hôpital régional de Gao et sa situation est stable. Survenu le 1er octobre 2021, cet acte fait suite à celui commis à Tin-Hama, cercle d’Ansongo, le 2 mai 2021, et rappelle les atrocités perpétrées lors de la crise de 2012.

La MINUSMA, qui demeure pleinement engagée dans l’appui à la protection des populations et au renforcement de la lutte contre l’impunité auprès des autorités maliennes, condamne fermement cet acte.

La MINUSMA réitère son soutien aux efforts des autorités maliennes visant à combattre l’impunité et souligne la nécessité de tout faire pour que les auteurs de ces actes d’amputation soient promptement traduits en justice.

 

Appui au processus électoral

 

Conformément à son Mandat, la MINUSMA soutient les autorités maliennes dans le processus électoral à travers la Division des Affaires Electorales (EAD). Elle apporte un appui au niveau technique, logistique, sécuritaire et financier. Dans cette perspective, la MINUSMA soutient le processus de la Révision Annuelle des Listes Électorales (RALE), officiellement lancé le 1er octobre 2021 et se poursuivra jusqu'au 31 décembre. Cette phase importante du processus électoral est une opportunité pour les citoyens maliens déjà inscrits sur les listes électorales ainsi que ceux qui auront atteint l’âge électoral de 18 ans de changer ou modifier leur adresse électorale, les personnes déplacées internes environ 378 000 personnes de pouvoir s'inscrire dans leur destination et l’actualisation des données électorales par la prise en compte des déclarations de décès d'électeurs.

 

Projet MINUSMA

 

Le 1er octobre, la Division des Affaires Civiles (DAC) faisait partie d'une mission conjointe MINUSMA à Sofara, chef-lieu de la commune de Fakala (cercle de Djenné, région de Mopti), qui a participé à la cérémonie de lancement d'un Projet à Impact Rapide (QIP) de trois mois pour la construction de la salle de conférence de la mairie de Fakala.

 

 

RSS-DDR

 

Visite de terrain dans le village d'Atta, dans la zone de Goundam

 

Le 29 septembre, à Tombouctou, la MINUSMA a effectué une mission de terrain dans le village d'Atta (53 km au sud-ouest de la ville de Goundam). L'objectif de cette visite était de s'entretenir avec les communautés qui ont récemment sollicité la mise en œuvre des projets de réduction de la violence communautaire (CVR) dans la région. L'équipe a saisi l'occasion pour expliquer son Mandat et la raison d'être des projets CVR, qui consistent à réduire ou à prévenir la violence avant, pendant et après le processus de cantonnement et du DDR.

 

Mission de terrain dans la ville de Niafounké

 

Le 30 septembre à Tombouctou, la MINUSMA a effectué une mission de terrain dans la ville de Niafounké. Au cours de la rencontre avec les autorités, les leaders des communautés et des mouvements armés, les associations de femmes et de jeunes, ont discuté avec l’équipe, des questions liées à la RSS-DDR. Les interlocuteurs locaux ont exprimé leur satisfaction quant aux changements positifs apportés par le projet CVR mis en œuvre dans la zone en 2017.

 

Mission de sensibilisation dans le village de Kabara

 

Le 6 octobre, cette fois dans le village de Kabara, la MINUSMA a participé à une mission de sensibilisation de terrain. La délégation a rencontré l'association locale des femmes, les autorités et les jeunes qui ont été informés du mandat de la MINUSMA, du processus DDR et des procédures liées aux projets de réduction de la violence communautaire (CVR).

 

Visite des locaux du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) de Tombouctou

 

Le 7 octobre à Tombouctou, la MINUSMA a visité le camp local du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) pour évaluer plusieurs projets d'infrastructures (construction de trois dortoirs, deux armureries et un forage). Un état des lieux a permis de constater la fin des travaux de gros œuvres. Le projet vise à améliorer les conditions de vie et de travail des militaires et a été financé par la Mission à hauteur 154 millions de FCFA.

 

Appui au secteur de la justice

 

Sensibilisation de la population de Ménaka sur la justice 

 

Entre le 28 août et le 26 septembre, les radios communautaires de la région de Ménaka ont réalisé et diffusé six émissions sur la justice dont des reportages, entretiens et tables rondes qui ont permis de transmettre à la population des messages sur l’importance de la justice dans un état de droit, d’échanger sur le retour de la justice à Ménaka et la complémentarité entre la justice étatique et traditionnelle. Cela rentre dans le cadre d’un concours radio lancé lors d’une précédente formation organisée en août dernier au profit des animateurs radio sur la justice. L’initiative financée par la Mission grâce à un projet à impact rapide, émanait de l’ONG, Cabinet de Recherche Actions pour le Développement Endogène (CRADE) en collaboration avec la Coordination des radios de la région de Ménaka.

 

Échange sur la mission de la police judiciaire et sa collaboration avec les autorités traditionnelles dans la région de Ménaka

 

Le 2 octobre, la MINUSMA, en partenariat avec l’ONG, Cabinet de Recherche Actions pour le Développement Endogène a organisé une journée d’échanges à Ménaka entre officiers de police judiciaire (OPJ) et autorités traditionnelles sur la mission, le rôle et les attributions de la police judiciaire. Les échanges ont regroupé une cinquantaine de participants de 21 communes de Ménaka.

 

La population de la région de Tombouctou informée sur les questions relatives à l’accès à la justice

 

Le 6 octobre, la SAJP a appuyé la réalisation par la radio MIKADO d’une émission portant sur le thème « Accès à la justice, promotion de l’Etat de droit et exercice de l’autorité de l’Etat ». Le Président du Tribunal de Grande Instance de Tombouctou, le juriste permanent du Bureau d’Assistance Judiciaire et Juridique de Tombouctou et le représentant de l’Association des victimes de Tombouctou ont débattu sur des questions liées à l’accès à la justice y compris l’absence des autorités judiciaires dans les cercles de Goundam et Gourma-Rharous et la perception de la population sur le fonctionnement de la justice. Cette émission sera diffusée prochainement dans les cinq cercles de la région. L’information sur les droits des citoyens est un enjeu inscrit parmi les dispositions de l’article 46 de l’Accord de paix, relatives à la justice et la réconciliation.

 

Consultations médicales et sensibilisation des détenus de Kidal et Tombouctou sur l’hygiène et la santé

 

Les 5 et 7 octobre, la MINUSMA a mené deux séances de sensibilisation sur les mesures d’hygiène en milieu carcéral. Deux consultations médicales ont également été faites par la Coordination civilo-militaire (CIMIC). Elles ont respectivement été réalisées par l’équipe médicale du contingent Burkinabé, à la Maison d’arrêt et de correction de Tombouctou, au profit de 52 personnes détenues et quatre agents pénitentiaires et, par le contingent béninois au Centre de détention de Kidal, auprès de 31 détenus.

 

Un lot de médicaments de première nécessité a également été remis à l’infirmier du centre de détention. La MINUSMA œuvre à la mise en place d’établissements pénitentiaires sûrs, sécurisés et humanisés, y compris l’amélioration des conditions sanitaires et d’hygiène et un accès renforcé des personnes détenues aux soins.

 

Stabilisation et Relèvement

 

Une délégation des pays donateurs du Fonds fiduciaire de la MINUSMA en visite à Mopti

 

Le 13 octobre, la Directrice de la Section Stabilisation et Relèvement, Mme Loubna BENHAYOUNE, s’est rendue à Mopti, accompagnée des représentants des 6 pays donateurs (Belgique, le Canada, le Danemark, le Pays-Bas, la Suède et la Norvège) du Fonds Fiduciaire des Nations Unies pour la Paix et la Sécurité au Mali.

 

A travers le Fonds Fiduciaire de la MINUSMA, ces pays soutiennent le Mali pour consolider la paix en œuvrant dans des domaines comme la sécurité, l’accès à la santé, ou encore à la justice. L’objectif de la visite était de constater la concrétisation de différents projets financés par leurs pays respectifs. Des échanges avec les autorités administratives et militaires, des visites de projets ainsi que des entretiens avec les responsables du bureau régional de la MINUSMA étaient également au programme de la visite.

 

Droits de l’Homme et Protection

 

Déplacement du 27 septembre au 1er octobre pour une mission de terrain à Sikasso. Au cours de ce déplacement, les responsables des droits de l'homme ont rencontré les autorités administratives, judiciaires et sécuritaires locales, ainsi que les organisations de la société civile et d'autres partenaires concernés, afin de discuter de la situation sécuritaire dans la région de Sikasso et de ses impacts sur les droits de l'homme.

Sur place, la délégation a aussi rencontré des membres du Cadre de concertation de Sikasso, une organisation de la société civile récemment créée, afin d'échanger sur les activités de surveillance et de documentation des allégations de violations et d'abus des droits de l'homme dans la région.

 

Politique de diligence raisonnable en matière de droits de l'homme

 

Le 28 septembre, la MINUSMA a donné une session de sensibilisation en ligne sur la Politique de diligence raisonnable en matière de droits de l'homme (PDRMDH) au profit de 41 agents du poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT) de la Force conjointe du G5 Sahel. La session visait à améliorer les connaissances et la compréhension des participants sur la politique, son processus et son champ d'application. Ce module fait partie des formations préalables au déploiement des forces de sécurité dans le cadre des opérations du G5 Sahel.

 

Sensibilisation communautaire

 

À Gao, la MINUSMA poursuit ses échanges avec les habitants pour mieux faire comprendre son Mandat

 

Les 5, 6, 7, 8 octobre, la MINUSMA a organisé des séances de sensibilisations sur son rôle au Mali dans les quartiers de Sanfilé, Boulgoudjé extension, Saneye et Château sud-ouest de Gao.

 

Ces séances ont permis à plus d’une centaine de personnes d’être édifiées sur le travail de la Mission. Les officiers de la police des Nations Unies ont expliqué le concept de la police de proximité aux populations et les ont encouragées à collaborer avec les Forces de sécurité malienne.

 

A noter que ces sessions sont mises en place depuis des années, partout dans le pays, pour mieux faire comprendre le travail et le rôle de la MINUSMA au Mali. 

 

Activités de la Police de la MINUSMA - UNPOL

 

Remise des commissariats de police de Koro et de Bankass

 

Du 12 au 13 octobre, la Cheffe de la composante police de la MINUSMA, la Générale de Division Bettina BOUGHANI, était à Mopti pour la remise de la médaille de la paix pour les UNPOL.

 

Elle a procédé durant son séjour, à la remise des commissariats de police de Koro et de Bankass, entièrement construits et équipés grâce un projet mis en œuvre par UNPOL, sur le financement du Royaume de Belgique. D’un montant total de plus de 357 millions de FCFA ce financement intervient dans le cadre du Fonds fiduciaire de l’ONU d’appui à la paix et à la sécurité au Mali.

 

La mise en service de ces deux unités, permettra d’améliorer le dispositif local de sécurité et favoriser le redéploiement progressif des Forces de Sécurité Maliennes (FSM). En plus des matériels bureautiques et informatiques, des moyens roulants ont été mis à la disposition des policiers qui y seront affectés, pour accroître leur mobilité. Le projet comprend également la construction d’un forage facilitant l’approvisionnement en eau potable. Étaient présents à cette cérémonie le représentant du gouverneur de la Région de Bandiagara, les autorités locales de Bankass et de Koro ainsi que le Directeur Général de la Police Malienne.

 

Renforcement de capacités des Forces de sécurité malienne

 

Du 4 au 8 octobre à Gao, des agents des Forces de sécurité malienne ont bénéficié d’une session de formation en maintien et rétablissement de l’ordre en milieu urbain et carcéral, organisée par la Police des Nations Unies.

 

Une autre session de formation sur la « Fraude documentaire et reconnaissance faciale », a débuté le 11 octobre et prendra fin le 22 octobre prochain.

 

Du 11 au 15 octobre à l’Ecole de Gendarmerie Nationale, se tient une « Formation pratique en observation, filature et surveillance ».

 

Au total, depuis 2013, ce sont au total 3396 agents des Forces de sécurité malienne dont 2897 hommes et 479 femmes à Bamako et dans les régions de Mopti, Gao, Tombouctou et Kidal, qui ont bénéficié divers modules de formation en lien avec la sécurité.

 

Du 30 septembre au 10 octobre, UNPOL a conduit 139 patrouilles et 22 missions d’escortes. Ces patrouilles et escortes s’inscrivent dans le cadre de ses missions de protection des populations.

 

Activités de la Force de la MINUSMA

 

Passation de consignes à la tête de la Force de la MINUSMA

 

Le 1er octobre, s’est déroulée la passation de consignes à la tête de la Force de la MINUSMA entre le Général, Dennis GYLLENSPORRE et le Général, Paul NDIAYE, qui assure l’intérim avant la désignation du nouveau Commandant de la Force. Le RSSG El-Ghassim WANE a salué le travail du Général GYLLENSPORRE et renouvelé sa confiance au Commandant de la Force par intérim.

 

A la même date à Gao, le deuxième Détachement du génie militaire sénégalais (DETGEN 2) arrivé en fin de mission a été décoré de la médaille des Nations Unies par le Chef de bureau régional de la MINUSMA, M. Mohamed El-Amine SOUEF.

 

Soutien aux FAMa et aux populations

 

Le 30 septembre, des sources locales et sécuritaires ont informé la MINUSMA à Gao que, le 29 septembre, des hommes armés ont fait irruption dans le village de Herba, à environ 15 km d'Ansongo et ont harcelé la population. Les troupes de la Force de la MINUSMA présentes dans la zone sont intervenues, faisant fuir les assaillants.

 

Le 1er octobre, à la suite d’affrontements entre les Dozos et des éléments terroristes à Marebougou, dans la région de Mopti, la force MINUSMA a effectué plusieurs vols de reconnaissance au-dessus de la zone en vue de protéger la population locale et de dissuader la présence d'éléments armés hostiles.

 

Le 6 octobre, la Force de la MINUSMA a effectué des évacuations médicales à Sévaré pour 9 soldats FAMAs blessés ainsi que 16 dépouilles le 7 octobre, tous tombés dans une embuscade tendue par un groupe armé terroriste contre l’un de leurs convois dans la commune de Bodio, à environ 52 km de Sévaré. Le RSSG a exprimé sa solidarité le jour même.

 

Le 9 octobre, une patrouille de la Force de la MINUSMA, a fourni des soins médicaux aux blessés dans le village de Sinda à environ 14 km Nord-Ouest de la ville de Douentza, victimes d’une attaque terroriste survenue le jour précédent.

 

Évacuation humanitaire du Chef de village de Farabougou

 

Le 7 octobre, la MINUSMA a évacué pour des raisons humanitaires, le Chef du village de Farabougou, dans le cercle de Niono. Gravement malade, il avait besoin de soins d’urgence et le village était soumis à un blocus par des éléments extrémistes.

 

Opérations en cours :

 

Opération SIRA. Dans le secteur nord, à Kidal, l’opération SIRA, est une mission de formation au profit du 72e régiment d’infanterie motorisée (le BATFAR) visant à en assurer l'opérationnalisation. Elle doit permettre d’en faire au plus vite un acteur de la protection de la population locale, afin de créer les conditions du retour de l’autorité de l’État et des services sociaux de base dans la région.

 

Opération SEKA. Dans le secteur est, sur l’axe Gao-Ansongo-Labbezanga, les militaires nigériens, bangladais, allemands, britanniques et suédois poursuivent des patrouilles de reconnaissance dans plusieurs localités pour renforcer la sécurité sur cet axe majeur et d’empêcher la liberté de mouvement des groupes armés radicaux. Ce dispositif a été renforcé par l’opération MAKARA qui permet d’assurer la protection des populations locales et de renforcer la sécurité dans les cercles d'Ansongo et de Ménaka.

 

Opération BUFFALO. Dans le secteur Centre, elle vise à contrer à la fois la résurgence des violences intercommunautaires et les attaques terroristes. A travers cette opération, le bataillon sénégalais, poursuit son effort de sécurisation de la RN15 dans la région des ponts Songo et Yawakanda.

 

En outre, des opérations spécifiques ont été lancées à la suite d'attaques perpétrées par des groupes armés terroristes, rendant nécessaire une protection accrue des populations civiles.

 

Opération Beaver. Débutée le 17 juillet, elle se poursuit dans le secteur Centre. Elle a pour objectif de contribuer à la protection de la population civile de Petaka qui est régulièrement menacée.

 

Opération WASA 2. Elle consiste en des patrouilles conjointes incluant UNPOL et des membres des piliers civils dans le village de Kabara.

 

Au total, au cours des deux dernières semaines et sur l’ensemble de sa zone de déploiement, la Force a mené près de 850 patrouilles. Ces patrouilles, aussi bien terrestres, qu’aériennes, contribuent à réduire les violences et à rassurer les populations dans les zones où tensions communautaires et attaques armées sont fréquentes.

 

Incidents 

 

  • Le 1er octobre, un camion de la Force MINUSMA, faisant partie d'une compagnie de convoi de combat (CCC), a heurté un engin explosif improvisé à environ 27 km au nord de Douentza causant d'importants dégâts matériels.

 

  • Le 2 octobre, un Casque bleu de la MINUSMA est décédé après que son convoi ait heurté un engin explosif improvisé à Tessalit, dans la région de Kidal, quatre autres ont été grièvement blessés.

 

  • Le même jour à Bambara Maoundé, une patrouille de la force MINUSMA a découvert un engin explosif improvisé. Une équipe de neutralisation des explosifs et munitions appartenant à la patrouille a réussi à faire exploser l'engin et à nettoyer le site.

 

  • Le 4 octobre, un Casque bleu voyageant dans un convoi logistique de la Mission, de Mopti à Tombouctou, a trouvé la mort après avoir été percuté par un camion. L'accident s'est produit près du camp de la MINUSMA dans la ville de Tombouctou.

 

  • Le 6 octobre, un convoi logistique de la Force de la MINUSMA, partant de Tessalit à Gao, a découvert un engin explosif improvisé (IED) ou une mine, près du village d'Edegare dans la commune de Tilemsi. Les soldats de la paix ont sécurisé le site et une équipe de neutralisation des explosifs et munitions (EOD) embarquée dans le convoi a désamorcé la mine.

 

  • Le 11 octobre, au cours d'une activité régulière d’une équipe de recherche et détection des explosifs de la force MINUSMA, un engin explosif improvisé et une mine ont été découverts à environ 3 km du camp de la MINUSMA de Kidal. Une équipe d'intervention rapide et une équipe de neutralisation des explosifs et munitions ont été dépêchées sur le site, les explosifs ont été désamorcés avec succès et le site a été nettoyé.

 

Le 12 octobre, des éléments terroristes ont ouvert le feu directement sur un convoi logistique de la MINUSMA venant de Gao, près du village de Tarkint. Les assaillants ont pris la fuite après l’échec de leur tentative. Aucun dégât ni victime n'est à déplorer.