Lutte antimines

« Sans la lutte antimines, la paix ne peut être complète », António Guterres, Secrétaire Général de l’ONU, Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimine, 2017.

A propos

Les activités de lutte anti-mines permettent aux citoyens de vivre sans avoir peur qu'un seul faux pas ne leur coûte la vie, aux organismes humanitaires de fournir une assistance aux populations dans le besoin et aux Casques bleus de mener à bien leurs patrouilles.

 

Au Mali, le Service de lutte antimines est chargé d'assurer une réponse efficace, proactive et coordonnée des Nations Unies aux menaces explosives, avec pour but de :

  • Protéger les populations civiles contre les risques explosifs et appuyer le secteur humanitaire

  • Appuyer le développement des capacités nationales de lutte antimines

  • Aider le personnel des Nations Unies à se prémunir contre les dangers explosifs.

 

Contexte

Depuis le déclenchement des hostilités en 2012, le risque explosif représente une nouvelle menace au Mali, au détriment de la sécurité et de la liberté de mouvement dans le centre et le nord du pays. En plus de représenter une menace pour la vie des civils, cette contamination entrave l’acheminement de l’aide humanitaire, l’accès aux moyens de subsistance et la reprise des activités économiques, ainsi que le retour des réfugiés et des personnes déplacées.

L’utilisation d’engins explosifs improvisés par les auteurs de violences au Mali affecte également les efforts de stabilisation.

 

La lutte antimines au service de la protection des civils et du secteur humanitaire

Agissant comme coordinateur national pour la lutte antimines, le service de lutte antimines met en œuvre, soutient et coordonne les activités de protection des civils qui comprennent : l’enquête, le marquage et la dépollution des zones évaluées comme dangereuses; l’éducation aux risques liés aux engins explosifs ; l’assistance aux victimes et la réduction de la violence armée.

La MINUSMA met également son service de lutte antimines à disposition des acteurs humanitaires pour optimiser l’accès aux populations vivant dans des zones potentiellement contaminées. 

 

Appui aux autorités maliennes

La MINUSMA soutient les autorités nationales dans le développement de leurs capacités techniques à gérer les menaces explosives, à coordonner les interventions et à se conformer aux normes internationales de lutte antimines (NILAM), via la formation, l’appui technique, le mentorat et l’équipement des Forces maliennes de défense et de sécurité (FMDS).

Par ailleurs, la MINUSMA appuie les autorités maliennes dans le domaine du stockage et de la gestion des armes et des munitions, et conseille le Secrétariat Permanant de Lutte Contre la Prolifération des Armes Légères et de Petit Calibre sur les obligations internationales du Mali concernant les mines, les restes explosifs de guerre (REG) et les armes et munitions.

 

Protection du personnel des Nations Unies

Dans le but d’atténuer la menace explosive et son impact sur les Nations Unies, le service de lutte antimines conseille et forme le personnel des Nations Unies, notamment les troupes de la MINUSMA avant et pendant leur déploiement au Mali.

Ces efforts facilitent la liberté de mouvement de l’ONU sur le terrain et permettent d’améliorer les conditions sécuritaires pour la mise en œuvre de leur mandat.

 

Impact

Depuis 2013, le Service de lutte antimines a contribué de manière significative à la protection de la population par une diminution notoire du nombre de victimes civiles de REG (2012:53 ; 2013:54 ; 2014:38 ; 2015:37 ; 2016:23 ; janvier à juin 2017:7), grâce à l’amélioration de l’accès aux moyens de subsistance, à celle de la liberté de mouvement et de la reprise des activités économiques des populations ainsi que par l’amélioration de l’acheminement plus sécurisé de l'aide humanitaire.

Les autorités nationales sont dotées d’une capacité basique de réponse pour la neutralisation, l’enlèvement et la destruction des engins explosifs (NEDEX) et les Nations Unies ont une meilleure connaissance de cette menace et des mesures à mettre en œuvre pour s’en prémunir.